Quel est l’apport du PTP pour la Californie ?

Partager

Un ancien membre de l’assemblée de l’État de la Californie croit que le Partenariat transpacifique (PTP) sera un avantage pour la Californie.

Dans un éditorial du Sacramento Bee, Roger Niello explique que le PTP « offre une occasion particulière à la Californie et à la région de Sacramento ». Bien que l’accord de libre-échange aura sans doute une incidence sur les État-Unis en général, la côte du Pacifique des États-Unis fait majoritairement partie de la Californie. De nombreuses marchandises importées ou exportées d’Asie passent par l’état le plus peuplé du pays. Par conséquent, l’accord de libre-échange pourrait être particulièrement important pour la Californie et les ports, comme ceux de Long Beach et de Los Angeles.

L’imposant accord commercial est-il bon pour la Californie ?
L’accord de libre-échange controversé comprend 12 membres signataires, mais les pays n’ont pas encore ratifié l’accord. Bien qu’il soit possible que l’accord ne se concrétise jamais sous sa forme actuelle en raison d’une importante opposition, s’il voit le jour, il jouera un rôle important dans le commerce international. Il sera le plus important accord de libre-échange jamais signé et couvrira 40 pour cent du commerce existant. L’accord touchera environ 18 000 différents droits de douane appliqués par les 12 pays membres.

Ainsi, le PTP est un accord important qui gravite autour de la Californie. La Californie est le principal état faisant du commerce avec l’Asie. En 2015, elle a exporté des marchandises d’une valeur de 67 milliards de dollars sur l’autre rive de l’océan Pacifique. En particulier, la Californie entretient de solides relations commerciales avec le Japon, l’un des 12 pays membres du PTP. En 2015, l’état a exporté par navires des marchandises vers le Japon pour une valeur de 11,7 milliards de dollars. Ce commerce a soutenu les emplois de plus d’un million de Californiens, selon Niello. En intégrant un accord de libre-échange à la combinaison, la Californie risque de tirer davantage profit du commerce avec l’Asie.

Le PTP pourrait-il aider les ports de la côte ouest à se remettre ?
Les ports de la Californie pourraient précisément bénéficier de cet élan aux échanges. Les ports, comme ceux de Los Angeles, de Long Beach et d’Oakland, investissent dans l’infrastructure et font des efforts pour attirer de nouveaux clients à la suite de la période désastreuse en 2014 et en 2015. Durant le conflit de travail entre l’International Longshore and Warehouse Union et la Pacific Maritime Association, les ports de la côte ouest ont été ralentis par une congestion sans précédent. Les interruptions aux terminaux ont poussé de nombreux expéditeurs à emprunter les routes commerciales de l’est afin d’éviter la congestion.

Depuis, les ports de la côte ouest se sont grandement investis pour se remettre des événements passés. Les opérations du point de vue terrestre sont actuellement simplifiées et les nouvelles technologies accroissent l’efficacité des ports. Bien que les ports ne se soient pas encore complètement remis, il y a sans aucun doute une amélioration. Le PTP apporterait un élément nouveau aux efforts déployés pour se remettre de la crise, soit un accès accru aux marchés asiatiques pour les exportateurs californiens. Le bond résultant en matière d’activités commerciales pourrait servir d’occasion aux ports de la côte ouest pour attirer les expéditeurs qui avaient précédemment emprunté une autre route avec leur navire, ainsi que les nouveaux expéditeurs.